Accueil > Nos pierres > Saphir et Rubis

Saphir et Rubis

SAPHIR ET RUBIS : LES CORINDONS

Une famille nombreuse haute en couleur.

Les corindons se distinguent des autres familles de pierres par la pluralité de sa gamme de couleurs. Ainsi, le rubis et le saphir viennent de la même famille. Il existe des saphirs de toutes les couleurs, tandis que le rubis comprend une gamme allant du rose au pourpre.

Un peu d’Histoire :

En Orient on attribue au rubis des propriétés magiques : il serait capable de prévenir des événements terribles. Dès lors, si une catastrophe survient, le rubis perd son éclat et le retrouve lorsque la situation est apaisée. Les égyptiens et les romains désignaient le saphir comme la pierre de la justice et de la vérité. Chez les bouddhistes il incarnait paix et amitié. Il aurait aussi servi d’intermédiaire aux nécromanciens pour entendre des voix et présager l’avenir.

Très peu de rubis dits remarquables, célèbres par leur taille, ont été découverts. La nature s’est montrée plus fertile et généreuse avec les diamants. Les rubis dépassant 10 carats sont considérés comme exceptionnels. En 1918, année de l’Armistice, tandis que le monde déplorait des pertes humaines considérables, on trouva en Birmanie un rubis d’une taille impressionnante. Ce spécimen exceptionnellement lumineux et pesant 41 carats fut baptisé le Rubis de la paix ! Un joyau, comme une piqûre de rappel envoyée par la Terre, incarnant dans une merveille d’un rouge éclatant tant de sang versé par la guerre.

Un peu de gemmologie :

Les couleurs du saphir s’étendent du bleu bien connu au jaune, orange, rose, vert, violet et brun, des teintes les plus claires et discrètes aux plus franches et soutenues.
La famille des corindons est constituée d’oxyde d’aluminium.

L’alliance de l’aluminium et du gaz oxygène forment un minéral dur, lourd et résistant : l’alumine. Elle est chimiquement pure et incolore. Les couleurs du saphir sont dues à un colorant répandu par nuages dans l’organisation atomique des cristaux. La profondeur de la couleur est définie par la mesure relative du colorant.

Les corindons verts, jaunes, bleus et bruns sont colorés par du fer dont la valence (nombre de liaisons chimiques engagées par un atome dans une combinaison avec un autre atome) définit la couleur.
L’alumine est présente dans la majeure partie de l’écorce terrestre ; aussi trouve-t’-on des gisements de corindons dits nobles sur tous les continents. Les gisements les plus riches se trouvent en Birmanie, Thaïlande et à Ceylan.
La dureté du saphir et du rubis est de 9 sur l’échelle de Mohs (Voir article : Qu’est ce que la gemmologie), ce qui les classe dans la catégorie des pierres résistantes.
La couleur profonde du rubis est due à la présence d’oxyde de chrome infiltré dans le réseau cristallin de l’alumine. La nuance la plus recherchée chez le rubis est le rouge sang de pigeon, rouge carmin foncé. Cette fameuse nuance est due à la présence de 0,1 % de chrome pur dans le cristal.

Les rubis et saphirs contiennent presque toujours des cristaux étrangers, des inclusions ; on les appelle aussi des soies qui produisent comme un effet argenté délicat. Sur les cabochons (pierres taillées : un côté bombé et un côté plat) cet effet peut se grouper en une étoile. Ce phénomène si particulier est appelé l’astérisme. On observe sur la partie bombée du corindon, une étoile, généralement constituée de six branches, qui se déplace de part et d’autre de la pierre lorsqu’elle est en mouvement. Contrairement au diamant, pour lequel la meilleure qualité reste la pureté sans inclusions, celles présentes dans le rubis et saphir attestent d’une authenticité certaine.

Célia Taillandier