Accueil > Nos pierres > Diamant

Diamant

LE DIAMANT

Un peu d’Histoire :

Les Grecs anciens, admirateurs du diamant l’appelaient « adamas » ce qui signifie le dur, l’invincible, ce qui donna le nom français de « diamant » et l’adjectif « adamantin ». Ces gemmes étaient déjà connus en Inde 600 ans avant J.C. Les considérant comme des morceaux d’éternité, les hindous les incrustaient dans les yeux des statues s’assurant ainsi de la protection des divinités. Pour les grecs, les diamants représentaient des éclats d’étoiles ou les larmes des dieux, tombées sur Terre. Jusqu’au XVe siècle, le diamant était porté seulement par les souverains comme un signe de force, d’invincibilité et de courage. C’est à partir de 1400 qu’a été introduite la tradition de la bague de fiançailles avec elle le diamant symbolisant l’union. Chez les égyptiens, l’anneau symbolisant l’amour pur et invincible devait être porté à l’annulaire de la main gauche la croyance voulant que la « veine de l’amour » circule par ce doigt, menant directement au cœur.

Un peu de gemmologie :

On ne présente plus cette pierre qui réunit à la fois un scintillement fascinant, une clarté limpide, la dureté la plus élevée parmi les autres minéraux, et un feu éclatant des couleurs de l’arc-en-ciel.
Il existe des diamants de différentes couleurs : rouge, bleu, vert et noir… Les couleurs les plus communes vont du jaune pâle au blanc transparent en passant par de beaux spécimens de couleur champagne.
Sa dureté est de 10 sur l’échelle de Mohs (Voir article : Qu’est-ce que la gemmologie), il est 140 fois plus dur à tailler que le corindon (saphir et rubis). Il n’en est pas pour autant incassable. Cette dureté est pourtant sans égale dans l’univers minéralogique ; c’est pourquoi, dans le temps, le diamant passe pour impérissable. Les diamants ont en moyenne entre 1 et 3 milliards d’années, ce qui signifie qu’ils sont plus vieux que les dinosaures. Seuls 20 % des diamants sont destinés à la joaillerie ; les qualités moindres sont destinées à l’industrie et aux laboratoires.

Quelques gouttes de rosée sur une toile d’araignée, et voilà une rivière de diamants.
De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
Un extrait qui illustre bien la pureté si particulière du diamant composé entièrement de carbone.

Il est inattaquable à toutes réactions chimiques (excepté à un mélange sulfochromique à 200 °C). En atelier de joaillerie, une mauvaise manipulation (choc thermique) peut laisser des empreintes sur ses facettes.
Le diamant se forme en grande profondeur, de plus ou moins 80 km sous Terre, sous l’exercice d’une pression importante ajoutée à une température élevée. La roche mère du diamant (la kimberlite) le propulse à la surface par le biais du canal des cheminées volcaniques.
On trouve des gisements diamantifères principalement en Sibérie et Afrique.
Ce qu’il faut retenir :

Les 4 C, les quatre critères d’évaluation du diamant :
1 – la Couleur, de blanc exceptionnel (D, G) à teinté (S, Z)
2 – la Clarté, de IF - VVS 1 (Internally Flawless : traduction « intérieurement impeccable » - Very Very Slight : traduction « très très légères » inclusions très difficiles à localiser sous grossissement 10 x) à P3 (Imparfait, inclusions évidentes visibles à l’œil nu).
3 – le Carat le poids 1 carat ou ct = 0.20 g.
4 – la Taille (Cut en anglais) La plus courante est la taille brillant à 56 facettes. On peut rencontrer aussi la poire, la princesse (carré), la marquise (forme de navette)…etc…

L’une des caractéristiques du diamant est d’attirer toute substance grasse. Après avoir été porté pendant une certaine période, un nettoyage aux ultrasons permettra de lui redonner son éclat d’origine.

Célia Taillandier